Dora Bruder – Patrick Modiano (142 pages)

Dans la série des prix nobelisés, je me suis dit que je ne pouvais pas passer à côté du dernier français qui a été primé. j’ai choisi Dora Bruder, car il a fait partie d’une liste des ouvrages étudiés en classe par l’un de mes enfants. Bon, en plus, ça se lit hyper vite, c’est un tout petit ouvrage, 142 pages à peine.

Comme toutes ces histoires dramatiques qui émaillent l’histoire des guerres en général, Patrick Modiano a choisi d’exhumer de l’oubli l’histoire de cette famille. Dora, jeune fille fougueuse et rebelle, était aussi fugueuse. C’est peut-être ce qui l’a perdue. Non déclarée par son père comme juive, qui sait si elle aurait pu échapper à son destin en d’autres circonstances? Mais voilà, ayant disparu, ses parents ont passé une annonce dans le journal, et son père est allé déclarer sa disparition à la gendarmerie.

Ensuite, tout s’enchaîne tragiquement et elle a été déportée en même temps que son père après un passage à Drancy. Rien de bien neuf donc, mais l’acharnement de l’auteur à la refaire vivre sous sa plume, cet tentative désespérée fait monter la tension jusqu’à la fin fatale. C’est triste et touchant, mais en même temps, comme c’est la vie qu’il exprime, et non la mort, ça laisse un sentiment nostalgique plus léger qu’il pourrait y laisser paraître.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s