Guérilla Social Club – Marc Fernandez (279 pages)

Avant dernier roman de la sélection du prix des lecteurs du festival Bloody Fleury, il est aussi le deuxième opus de Marc Fernandez, après Mala Vida. On y retrouve donc notre équipe hétéroclite de choc composée d’un journaliste, d’un juge déchu, d’une détective transsexuelle et d’une avocate exilée.

Après l’enquête sur les bébés volés sous Franco, Marc Fernandez nous parle cette fois des dictatures d’Amérique latine, et de l’opération condor qui a traqué les dissidents partout dans le monde. Sous prétexte d’enquête, Marc Fernandez nous dévoile encore une fois un pan d’histoire oublié et relativement méconnu pour nous, en France, nés après 1970.

Dans cette période relativement agitée en France, où certains oublient que les députés et le président de la République sont des gens élus démocratiquement et qu’il est finalement relativement aisé de semer le trouble, rappeler que des guerres civiles, suivies de dictatures ultra répressives, justifiées par des généraux qui se sont emparé du pouvoir par la force, me paraît tout à fait d’actualité. Dans le contexte actuel politique mondial général, il imagine qu’un rien pourrait à nouveau mettre le feu aux poudres. C’est flippant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s