My absolute Darling – Gabriel Tallent (453 pages)

Si je vous ai abandonnés un si long moment, c’est que ce livre a été une épreuve. Malgré son grand succès, malgré son thème fort, malgré ses descriptions de paysages détaillés, expliquant une flore dont je ne connais pas la moitié des espèces, malgré son style, à la fois répétitif et percutant, et bien qu’il m’ait été offert par une amie chère, je dois dire que j’ai eu du mal à adhérer.

Depuis que sa mère a disparu, Julia (Turtle, Croquette) est élevée par son père. Malgré l’amour inconditionnel qu’ils se portent, on ne peut que juger la façon dont Martin élève sa fille. Son père, Daniel, la professeure de Julia, Anna, pressentent qu’il y a un problème, soupçonnent la maltraitance, l’emprise, l’abus. Mais Martin et Turtle font front pour que rien ne sorte de leur huis clos malsain.

La tension monte inexorablement, et on ne voit qu’un drame comme issue à ce huis-clos. Seules la mer, les balades/fugues de Turtle et la disparition provisoire de Martin nous permettent de ne pas étouffer complètement. Ce n’est pas parce qu’on parle de maltraitance infantile qu’on doit s’extasier. Ce n’est pas parce qu’on parle de façon crue que l’on doit trouver ça génial. Ce n’est pas parce qu’on met des scènes insoutenables qu’on doit se pâmer. Violent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s