Le baiser de l’ogre – Elsa Roch (302 pages)

Sur un scénario a priori classique de polar, Elsa insère à son habitude, des éléments tout à fait originaux qui font sa signature. Elle profite de ce troisième opus pour affiner, peaufiner, et approfondir encore ses personnages.

Par ailleurs, l’autrice affirme sa plume au fur et à mesure de ses romans. Vous aussi, vous aviez trouvé Brugguer très secrète dans le deuxième (Oublier nos promesses) ? Vous comprendrez ici de quoi il retourne.

Lise Brugguer appelle Amaury Marsac en catastrophe une nuit. Elle s’est pris une balle dans le dos et agonise à côté d’un cadavre. Elle a juste le temps de supplier Amaury de s’occuper de sa fille avant d’être évacuée. Tout le monde ignorait qu’elle avait une fille. Comment mener l’enquête tout en tenant le rôle du baby-sitter d’un petit papillon de trois ans, adorable mais qui ne communique pas et ne semble rien entendre lorsqu’on s’adresse à elle ?

Ce livre, à la fois bouleversant et bien mené aborde tout un tas de questions profondes sur la vie, la résilience, le spectre autistique. On le dévore comme les ogres dévorent les enfants : Brillant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s