Galerie

Le Sicilien – Carl Pineau (297 pages)

J’avais adoré l’Arménien, le premier opus des “Nuits Nantaises” de Carl Pineau. Et j’ai acheté Le Sicilien dès sa sortie, il y a déjà un an. Et puis, on sait ce que c’est, une lecture en entraîne une autre, et même si on veut lire dans l’ordre, parfois, on prend un peu de retard. 

Construit totalement différemment, le Sicilien est raconté par lui-même. Dix ans après l’assassinat de Luc, Greg Brandt doit enquêter sur la mort d’une jeune fille, sauvagement poignardée, et retrouvée dans la voiture de Dario que tout semble accuser. Mais Brandt n’aime pas les suspects trop évidents. Malgré les apparences, il continue l’enquête.

Comme dans l’Arménien, les personnages sont très humains, ni tout blancs, ni tout noirs et c’est ce qui fait leur crédibilité, tandis que l’auteur nous sert une nouvelle fois un roman qui se dévore d’une traite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s