Galerie

Puisque le soleil brille encore – Sarah Barukh (478 pages)

Sarah Barukh a ce don déjà repéré dans « Envole-moi » de créer des personnages tellement vrais qu’ils ne vous quittent pas et qu’on s’imprègne de leur vie et de leur histoire sans arriver à décrocher. Dans la famille de Sophie, trente-sept ans, il y a toujours eu deux clans : celui qu’elle formait avec son père et celui formé par sa mère et sa sœur. Alors, quand son père tombe très malade, son univers déjà fragile s’écroule complètement. Et elle va découvrir qu’on lui a menti toute sa vie.

Vous pourriez penser que je viens de tout vous dévoiler. Or il n’en est rien, car vous ferez très rapidement le lien entre Sophie et Abril, le bébé que Sol a eu, il y a trente-sept ans et qu’elle n’a pas élevé, à cause des terribles évènements qui se sont déroulés en Argentine de 1976 à 1983, où la junte militaire était au pouvoir. On sait qu’elle a souffert, qu’elle a été torturée et qu’on lui a enlevé son bébé. Mais pendant tout le livre, vous chercherez le fil, le lien, de l’histoire dramatique qui s’est déroulée à l’époque.

Toutes les dictatures, beaucoup de civilisations ont trouvé juste de voler des bébés à leurs ennemis pour les implanter dans des familles plus dignes. Marc Fernandez traitait le cas des bébés volés sous Franco en Espagne (voir «Mala vida»).

Ici, la grande Histoire n’est qu’un prétexte pour évoquer les thèmes de la construction des personnes dont la vie s’est bâtie sur des mensonges, les relations mère/enfant réelles et fantasmées de part et d’autre, la somatisation des enfants qui savent les secrets sans qu’on leur ait raconté, la reconstruction bancale et la vie en temps de paix des personnes qui ont été torturées.

En prévision de la rencontre avec l’autrice et son éditrice, très complices, nous avons décidé de faire lecture commune avec d’autres lectrices. Cette lecture bouleversante nous a amenées chacune à nous dévoiler sur des pans intimes de nos vies. Nous avons constaté que ce roman entre forcément en résonnance avec votre vécu, d’une manière ou d’une autre. Ce diapason nous a d’autant mieux accordé que nous sommes toutes mamans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s