Galerie

Âme brisée – Akira Mizubayashi (256 pages)

Quand on parle du Japon pour évoquer la deuxième guerre mondiale, on parle de Pearl Harbour et ses Kamikazes ou d’Hiroshima. On ne parle jamais des souffrances de la population persécutée comme d’autres populations par des gouvernements et / ou des militaires inflexibles. Le roman de Akira Mizubayashi dévoile un pan méconnu de l’Histoire dans cette partie du monde. L’arrestation abusive du père de Rei, musicien amateur de haut niveau, et de ses compagnons de quatuor, Chinois, laisse Rei seul dans une armoire où son père a réussi à le cacher avant l’arrivée des militaires. L’amitié avec des Chinois déclenche chez un soldat obtus une suspicion de trahison et il détruit le violon du père, y compris l’âme, cette petite pièce qui éloigne les cordes de la caisse.

On apprend beaucoup de choses sur le métier de luthier également.

Ce livre est donc très instructif, mais je l’ai trouvé pour ma part un tout petit peu trop : Trop de coïncidences, trop de pathos. Cela reste une belle histoire et vous vous y laisserez entraîner avec plaisir.