Les choses humaines – Karine Tuil (342 pages)

Je vais vous faire un aveu : J’aime les romans de Karine Tuil. J’aime son style et ses histoires, jamais manichéennes. J’aime ses personnages, jamais blancs ou noirs. J’aime la façon dont elle nous présente leur façade, et aussi la manière dont elle nous fait découvrir leurs failles. Les beaux deviennent parfois moches, les laids ne deviennent pas des cygnes. Mais parfois le pouvoir, ou l’argent, ou la renommée les rend attrayants. Je trouve ce roman particulièrement abouti. Elle fait battre notre coeur, et nous fait réfléchir. 

Karine Tuil nous manipule. Très subtilement, la scène qui fait basculer le livre est racontée à l’origine par l’accusé. Et franchement, à aucun moment on ne le remet en cause. Alors, on le défend. J’ai tremblé et basculé avec la mère devant les accusations contre son fils. Je me suis demandé comment j’avais pu être aussi naïve. J’ai senti l’horreur naître en moi. On se sent inhumaine dans ces choses humaines. Terrifiant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s