Ouf ! – Phileas (160 pages)

Un pari stupide, écrire un livre en un mois, c’est le défi qu’a accepté de relever ce procrastinateur professionnel. Mais au fur et à mesure qu’il tente quand même de tenir sa promesse, tout semble se liguer contre lui… en alimentant sa procrastination.

Dans un style moderne, on suit les déboires de ce type, tour à tour avec attendrissement, compassion et agacement. Mais les éléments perturbateurs qui viennent se greffer à son entreprise sont de plus en plus loufoques, ouf, quoi ! Serait-ce lui qui devient dingue ? Avec ce qu’il ingurgite et le stress qui l’empêche de dormir, tout prête à y croire.

De belles trouvailles de formules, une histoire déjantée,  un livre original complètement dément.

Les trois vies de l’homme qui n’existait pas – Laurent Grima (306 pages)

En cette période particulière et inédite de nos vies, je trouve que chaque livre prend une dimension spéciale. Celui de Laurent Grima n’échappe pas à la règle, et le sien a même une résonance vraiment singulière. 

Road trip en Europe, pamphlet sur les diktats des apparences, la consommation compulsive, les dérives du marketing, ce livre nous interroge sur les questions essentielles de ce qui nous fonde et nous construit. Quand on n’a rien, même pas une identité, une histoire, sur quelles bases se développer ? Quelles valeurs, quel héritage voulons-nous transmettre à notre descendance ? Qu’est-ce que l’amour, l’amitié, la filiation, l’entraide ?

L’auteur nous en fait une proposition originale et drôle, tendre et mélancolique à la fois. Un livre qui marque. Attendrissant.

La cicatrice – Bruce Lowery (122 pages)

Comme je me suis lancée dans le challenge du confiné, et que dans la liste, on doit lire un titre de moins de 150 pages, je me suis dit que la cicatrice, qui est dans ma PAL depuis longtemps, méritait qu’on s’y attarde. Je ne sais pas si c’est le confinement qui me rend sensible comme ça, mais j’ai pleuré à chaudes larmes sur ce petit opus écrit en 1960 en français par cet auteur américain. Cet ouvrage est du reste son livre le plus connu. 

L’histoire est celle d’un enfant qui a une cicatrice due à un bec de lièvre que ses parents lui ont caché. Depuis toujours, ils prétextent un accident.

En 120 pages, l’auteur nous montre un pan de vie aux Etats-Unis en 1944, définit la difficulté d’être un enfant rejeté, évoque l’amitié et la fraternité, leurs travers, la honte, la peur, la trahison et aussi l’amour.

Enfin, bref, j’ai pleuré.

HS7244 – Lorraine Letournel Laloue (285 pages)

On a tous entendu parler de ce scandale en Tchétchénie où on a identifié des camps de concentration, avec un fonctionnement semblable à ceux de toutes les dictatures, des camps d’Hitler en passant par les goulags sibériens de Staline et ceux de Pol Pot et tous leurs compagnons de folie. Le président tchétchène ne déroge pas à la règle : “Il n’y a pas d’homosexuels en Tchétchénie, notre race est pure, nous n’avons donc pas besoin de les traquer”. 

En s’inspirant de cette horreur qui continue, et dont seules quelques associations se préoccupent en sauvant par l’exil quelques malheureux persécutés, en danger de mort parfois au sein même de leur famille, Lorraine Letournel Laloue nous livre l’histoire d’amour poignante, terrible et désespérée de Marius, parti avec sa moitié en voyage en Russie et qui se retrouve blessé un matin après une soirée dans un bar tchétchène dans une cellule froide et puante. Mais que fait-il là? Et pourquoi l’accuse-t-on d’être un terroriste? Et où est Camille, sa moitié?

J’ai eu la gorge serrée pendant toute la lecture du livre, en pensant à tous les couples d’amis homos que je connais, et qui ne demandent rien d’autre à la vie que de partager la leur avec celui qu’ils aiment. Jamais en France le mariage pour tous n’a autant soulevé des foules indignées qui ne seront jamais concernées par le sujet. Mais qu’est-ce que ça leur enlève à tous ces gens que des personnes qu’ils ne connaissent pas s’aiment et se marient si ça leur chante? Un thriller poignant.

Le cartographe des Indes Boréales – Olivier Truc (627 pages)

Vous aimez les sagas historiques? Vous aimez les grands voyages? Ce livre est fait pour vous. De Saint-Jean de Luz à la Laponie en passant par Stockholm et Amsterdam, vous suivrez les pérégrinations d’Izko. A l’époque, les cartes sont un grand pouvoir, elles permettent aux Etats d’asseoir leur hégémonie sur des territoires encore peu connus.

Alors qu’il était destiné à devenir baleinier, comme son père, Izko est confié à un juge de Bordeaux, pour une raison qu’il ignore et qui changera son destin. Pensant qu’une sorcière lui a peut-être jeté un sort alors qu’il sauvait son bébé qui venait de naître, il n’aura de cesse de retrouver cette femme pour connaître la vérité.

On côtoie dans ce roman très dense la reine Kristina de Suède, l’inquisition et l’intolérance religieuse en général. Olivier Truc nous montre la façon dont on traitait les Lapons, comment les hommes aveuglés par le pouvoir et l’argent ont détruit leur équilibre et les trésors de leur culture sous couvert d’un obscurantisme religieux sans bornes. Âmes sensibles s’abstenir.

Miss Islande – Audur Ava Olafsdottir (262 pages)

J’aime Audur Ava Olafsdottir. J’aime son style, léger comme une plume, cette dentelle ciselée et poétique qui me parle. 

J’ai donc aimé Miss Islande, cette jeune fille dans les années soixante, très belle, qui veut devenir écrivain. Le meilleur ami d’Hekla est homosexuel. L’un et l’autre cachent leur secret au reste du monde, car on n’écrit pas quand on est une femme islandaise dans les années soixante et il est difficile de vivre sa vie d’homosexuel à cette époque-là, et d’aimer la couture, plus que les bateaux de pêche.

Audur Ava raconte leurs subterfuges, leur capacité de résilience, leurs échecs, leurs difficultés. Leurs moments de grâce aussi. Elle raconte les ciels d’Islande, et tout ce qu’elle a encore à dire sur les paysages de son pays, sur les gens qui y vivent, sur l’exaltation tranquille que cela lui procure. Délicatement.

La terre invisible – Hubert Mingarelli (182 pages)

Après le ghetto intérieur, de Amigorena, voici l’histoire d’un autre ghetto intérieur, celui des gens qui ont découvert la réalité des camps à la libération. Ces presque cadavres qui finissaient de s’éteindre et pour lesquels on ne pouvait déjà plus rien faire, ceux qui étaient déjà morts, l’odeur de la mort rôdant partout. Et les derniers gardiens des camps, massacrés, souvent, de rage, d’incompréhension.

Là, c’est un photographe anglo-saxon qui a du mal à émerger de l’horreur, et pour exorciser ces visions cauchemardesques qui le tourmentent chaque nuit, il décide d’aller photographier la vie. Ce road trip est partagé avec un très jeune soldat qui lui sert de chauffeur et de garde du corps. Il s’était engagé pour faire la guerre, s’est entraîné dur, et est arrivé une fois que c’était fini. Entre les frustrations, les chagrins, les drames, ce bout de chemin fait ensemble est suspendu dans le temps. 

Un roman plein de pudeur qui se lit d’une traite pour un point de vue sur la deuxième guerre mondiale et ses horreurs plutôt original. Lancinant.

No home – Yaa Gyasi (468 pages)

Je continue mon petit tour d’Afrique avec No Home, saga sur neuf générations.

Deux demi soeurs qui ne se rencontreront jamais auront chacune un destin qui impactera sa descendance. Yaa Gyasi explore de fond en comble la condition du peuple ghanéen, sans complaisance, sans larmoiement, sans condescendance. Elle évoque par exemple les tribus qui ont alimenté les bateaux négriers dans des guerres fratricides.

Elle revendique l’amour et la folie qui ont animé certains, la terreur et la soif de liberté qui ont mû les autres, c’est magnifique, magique, et comme une pierre noire faisant office de gri-gri, envoûtant.

Frère d’âme – David Diop (142 pages)

J’avoue que cet ouvrage me laisse dubitative. D’une part, malgré sa brièveté, il est bourré de répétitions, si bien que si on enlève tous les « par la vérité de dieu », on retire un tiers du livre. Sans compter toutes les autres répétitions. Je suppose que l’auteur a souhaité par ce biais donner un rythme à son roman. Ou bien il a voulu qu’on sente que son personnage est un peu simple, ou il souligne ainsi sa folie ? L’histoire est pourtant forte, sur les tirailleurs sénégalais. Le héros, donc, devient fou à la mort de son ami. Quant à la fin, c’est pour moi obscur et j’avoue que je suis un peu passée à côté du message. Pour ma part, décevant.

Mon désir le plus ardent – Pete Fromm (283 pages)

Après les quelques pages un peu pénibles du début où on prend un cours de rafting en accéléré, on entre dans la vie de Dalt et Mad, ce couple parfait, où ils sont tous les deux beaux, sportifs, pleins d’humour et absolument fous amoureux. Contre vents et marées. Car la vie, rapidement, ne va pas les épargner. Malgré ça, ils resteront soudés dans l’adversité, changeront de vie et s’adapteront aux difficultés. Le tout avec un humour féroce, pour ne jamais tomber dans le larmoyant.