Galerie

Les impatientes – Djaili Amal Amadou (240 pages)

Les lycéens ont décidément bon goût. Avec ce Goncourt, ils le démontrent une nouvelle fois. Rencontrée lors d’un VLEEL, Djaili Amal Amadou est la joie de vivre incarnée. Pourtant, dans son roman, elle nous explique que les filles n’ont pas voix au chapitre. Ce que pense une fille n’a aucune importance. Munyal munyal… Patience ma fille, patience. Voilà ce qu’on répète inlassablement aux filles Peules. Le poids de leur culture est terriblement pesant. La religion est venue ajouter sa couche. On brandit le Coran à tout bout de champ pour imposer la volonté des pères, des oncles, des frères sous couvert de la volonté d’Allah.Pour éviter à leurs mères d’être répudiées avec leurs enfants les plus petits, les filles se laissent marier à des hommes qu’elles n’ont pas choisi. L’hypocrisie et la trahison règnent en maître dans ces concessions. Les femmes attendent que leurs rivales tombent, elles ne se gênent pas pour leur faire des croche-pieds pour se mettre en avant et être la préférée de l’époux qu’on leur a choisi.

Au travers de trois destins bien différents (Ramla, la jolie adolescente qui veut devenir pharmacienne, Hindou, sa demi-soeur mariée le même jour à un cousin violent, bon à rien et buveur et Safira, la première épouse de l’homme qui a décidé de prendre Ramla en secondes noces), on verra que la patience a parfois des failles.

Personnellement, j’ai trouvé ce livre indispensable et terrifiant, même si son autrice a une telle foi en l’avenir et dans le rôle que les femmes ont à jouer qu’on doit l’aider à mettre en œuvre cette lueur d’espoir.

Galerie

Envole-moi – Sarah Barukh (202 pages)

A l’instar de la chanson de Calogero 1987, faites un bond dans vos années adolescentes. Vous savez, cette période où vous commencez à chercher à séduire avec des boutons et / ou des culs de bouteilles et / ou des rondeurs et / ou des cheveux qui deviennent indomptables. Cette période où les amitiés sont à la vie à la  mort, exclusives. La période où il y a toujours la belle avec sa copine moche. Cette copine moche qui n’aura jamais confiance en elle, même quand elle sera devenue belle. Qui se réfugie dans les livres et les études pour montrer qu’elle vaut quelque chose, autrement.

Anaïs est devenue adulte et elle fait fausse couche sur fausse couche quand elle reçoit un appel de son ancienne amie d’enfance, Marie. Elle se sont perdues de vue, suite à une année terrible où une succession d’événements désastreux ont fini par briser leur amitié. Alors qu’irait faire Anaïs aux funérailles de Brigitte, la mère de Marie ?

Un roman sur la douleur de l’adolescence, de la découverte de soi, des déconvenues. Un roman sur les débuts de la dégradation sociale dans les quartiers populaires. Un roman où on rit et où on pleure. Des personnages attachants qui restent longtemps après, à vous accompagner. Merci Sarah.

Galerie

Black Manoo – Gauz (170 pages)

La quatrième de couverture est exceptionnellement bien rédigée, alors je demande par avance pardon aux éditions Le nouvel Attila de ne pas faire mieux en termes de résumé. Black Manoo est un jeune Abidjanais junkie qui arrive en France dans les années 90. S’ensuit un long parcours du combattant, qui est le lot de tous les sans-papiers qui débarquent en France. L’auteur décortique les mécanismes absurdes d’un monde que les mis de côté réussissent à contourner avec débrouillardise. Jouer avec les codes de ce système devient une seconde nature. 

Avec son style unique, poétique, décalé, merveilleux et pourtant toujours renouvelé, Gauz nous raconte la vie de cet homme hors norme, et en même temps si banal. Après Debout-Payé et Camarade Papa, encore un excellent cru de cet auteur incontournable.

Galerie

Beyrouth entre parenthèses – Sabyl Ghoussoub (138 pages)

Avant la rencontre avec Sabyl Ghoussoub, je ne savais pas qu’il était interdit aux ressortissants du Liban d’aller en Israël et aux Israéliens d’aller au Liban. Je savais encore moins qu’en tant que Français d’origine libanaise, aller en Israël représentait le même niveau de risque de représailles. Je l’avais pourtant lu dans “Les échelles du Levant” de Amin Maalouf, mais je croyais naïvement que c’était “avant” et que “avant” était fini depuis la fin de la guerre du Liban. Mais dans cette région du monde, les situations ubuesques ont la vie dure, et rien n’est vraiment simple. 

L’auteur entretient depuis toujours un rapport ambigu avec sa patrie d’origine, et son oeuvre photographique nous met cette relation forte et rebelle en pleine face à chaque cliché (portraits de gens assis, le visage recouvert d’un keffieh, simulacre de gens en armes morts et pleins de (faux) sang…). Ce voyage qui démarre par un long entretien absurde à l’aéroport Ben Gourion à son arrivée est ensuite l’opportunité pour l’auteur de se réconcilier avec ses origines, sa famille aussi. Un sérénade douloureuse et nostalgique qui évoque tous les paradoxes de cette région riche et complexe avec beaucoup d’amour teinté d’espoir un peu vain, un peu fou où rien n’est finalement tout blanc ou tout noir.

Galerie

Abyssinia I – Alexandre Page (500 pages)

Partez à l’aventure avec une délégation russe à la toute fin du 19ème siècle qui voyage de Saint-Pétersbourg jusqu’en Abyssinie pour aider les Ethiopiens à conquérir leur territoire ! Avec son style qui se cale complètement sur l’époque et l’histoire, Alexandre Page nous fait prendre le train jusqu’à Odessa, puis le bateau jusqu’au Caire et pour descendre le Nil et traverse ensuite déserts, montagnes et plaines pour aller au lac Rudolph, lieu de toutes les convoitises. Vous marcherez dans les pas des tout premiers explorateurs de cette région aux paysages, à la faune et la flore superbes.

Dans une civilisation où nous passons notre temps à courir après le temps, apprenons à nouveau à déambuler sur des mules qui marchent au pas, et à découvrir des civilisations et des cultures inconnues. Le roman est comme toujours truffé de photos et de croquis du véritable voyage qui illustrent d’autant mieux le propos. Un voyage pour le moins dense, intense et dépaysant.

Galerie

Trois jours à Berlin – Christine De Mazières (179 pages)

Trois jours avant le 9 novembre 1989, Berlin était coupée en deux par un mur infranchissable et ceux qui tentaient de s’enfuir étaient pourchassés et tués. Le 9 novembre 1989, tout a basculé, dans le calme et dans la joie. Trente ans après, je revois encore les images de ces cousins, ces frères, ces inconnus en réalité, s’embrassant, riant et pleurant en buvant du champagne pour fêter cet évènement historique qui symbolisait la liberté retrouvée. J’en ai encore des frissons, c’était incroyable. 

Christine De Mazières retrace ces trois jours qui ont précédé l’inespéré. Trois jours où rien ne laissait présager le moindre changement. Trois jours où, comme les trente années précédentes, les gens crevaient de peur à l’idée d’être dénoncés, où des milliers de fiches continuaient à être rédigées sur des individus suspects, où les écoutes des dissidents étaient toujours actives, où l’ouest était un autre monde.

Elle raconte la faillite d’un système politique, et la ruine d’un État où rien ne pouvait plus durer, mais où tous les dirigeants faisaient comme si rien ne pourrait jamais changer. Un court roman sur ce moment historique qui se lit comme une histoire à suspens.

Galerie

Ecchymose – Anne Monteil-Bauer (183 pages)

Comment raconter l’indicible et la honte d’avoir été une femme battue ? Dans une mise en abîme qui ressemble à une série de matriochkas, Anne Monteil-Bauer lève pudiquement le voile en racontant de façon détournée sa propre expérience douloureuse en utilisant une écrivaine publique qui raconterait de façon romancée et en utilisant l’artifice de ce que la voisine entend au travers de la cloison, l’histoire d’une femme qui vient lui raconter sa vie.

Même si cela fait des années que Jeanne est sortie des griffes du monstre, elle peine à trouver comment poser des mots sur ce qui lui est arrivé. Comment raconter qu’on est une femme libre, féministe, même, et qu’un homme éduqué, a priori fou amoureux est en fait un monstre qui la cogne dès qu’elle pourrait briller sans lui. A force, Jeanne se transforme en une poupée de chiffons, terrifiée et incapable de raisonner.

En 2005 où ce livre a été écrit, 72 femmes mourraient en France de violences conjugales. En 2019, elles étaient 146, soit plus du double. A part lui inventer un mot : le féminicide, la France régresse d’année en année à ce sujet. Joyeux Noël, Félix.

Galerie

La cuillère – Dany Héricourt (235 pages)

Le père de Seren est mort brutalement. A côté de sa tasse, elle trouve une cuillère en argent avec des armoiries qu’elle ne se rappelle pas avoir déjà vue. D’où vient-elle ? La jeune fille va partir sur les traces de cette cuillère qu’elle dessine compulsivement pour oublier son chagrin. Dans ce road trip doux amer, où il ne se passe presque rien, Seren part avant tout à la recherche d’elle-même. A-t-elle un trésor à découvrir au bout de ce chemin ?

L’histoire d’une famille, de cultures entremêlées autant qu’entrechoquées (Pays de Galles, Angleterre, France) dont l’auteur se moque tour à tour, est racontée au travers d’un objet du quotidien. On apprend beaucoup de choses sur l’objet “cuillère” en tant que tel au passage. C’est à la fois doux et gourmand, mais aussi acide et amer comme un été dans un pays inconnu que l’on découvre seul. Une belle découverte.

Galerie

La petite conformiste – Ingrid Seyman (189 pages)

Comment vivre dans une famille de soixante-huitards de gauche quand on est une petite fille conformiste ? Quand Esther voit ses parents qui s’engueulent très fort et se réconcilient tout aussi fort sur le canapé du salon, elle a envie de vomir et part classer ses livres dans sa chambre. Elle déteste son père et voudrait bien que sa mère se libère de l’amour qu’elle éprouve pour cet homme hypocondriaque et maniaque qui pourrit la vie de toute la famille.

L’histoire est brillamment racontée avec un humour cru et décalé qui reflète la vision que cette petite fille puis ado porte sur sa famille, la religion, la politique et la vie en général. Mais l’autrice fait aussi le constat amer qu’on n’est jamais complètement libre, ni libéré, que le poids de notre histoire familiale pèse invariablement sur nos choix de vie. Ce qui est raconté avec la légèreté de l’enfance est en fait atrocement triste.

Galerie

Mes amis – Emmanuel Bove (199 pages)

Victor est rentré invalide de la guerre de 14-18. Sa maigre pension lui permet de subsister chichement sans travailler, mais il se sent terriblement seul et donnerait tout pour avoir des amis.

De rencontre ratée en attentes démesurées vis-à-vis des personnes qu’il croise, Victor est toujours déçu.

Ce livre raconte la solitude comme jamais, avec une douce mélancolie et l’amertume des frustrés. Grâce aux éditions de l’arbre vengeur, ce petit opus découvert par Colette en 1924 est un bijou ressorti de l’oubli. Merci à eux  pour leur confiance.