Galerie

La mécanique du coeur – Mathias Malzieu (155 pages)

Après la rencontre incroyable et magique avec la collection Iconopop des éditions Iconoclaste, et leurs trois premiers auteurs, tous différents et touchants dans leur genre, je n’ai pas pu m’empêcher de raconter la tendresse poétique de Mathias Malzieu à mes collègues dont l’un d’eux m’a déposé la mécanique du coeur sur mon bureau le lendemain même.

La mécanique du coeur est un moment de lecture sensible et un peu perché, drôle et mélancolique, à l’image de son auteur. On y croise des personnages improbables, un peu comme dans la cité des enfants perdus, ou comme dans Edward aux mains d’argent, avec une ambiance un peu similaire.

Le tout, comme toujours chez Malzieu, saupoudré d’une histoire d’amour à faire exploser les coeurs, surtout quand ils fonctionnent grâce à une horloge en forme de coucou suisse. Un moment de grâce où les chanteuses sont myopes et où Méliès conseille l’amoureux transi, comme une barbapapa légère, rose et sucrée.

Rien n’est noir – Claire Berest (282 pages)

Est-ce que j’aime Frida Khalo? Voyez la photo qui accompagne cette chronique, j’ai même un tee-shirt à son effigie! Alors quand j’ai vu cette couverture magnifique lors de la rentrée de septembre, je me suis dit que si je n’achetais qu’un livre, c’était celui-là. 

Vous découvrirez la vie de Frida Khalo, personnage fantasque et brisé, probablement bipolaire, à une époque où on ne le disait pas, amoureuse d’un homme effroyablement laid qui avait pourtant un succès fou. Diego Rivera, le plus grand peintre d’Amérique dans les années 1920, fut son mari et sa tourmente.

Si vous connaissez l’histoire de cette femme à part, libre d’agir comme bon lui semblait, multipliant les conquêtes à l’instar de son mari, peintre reconnue, communiste, diva, et emprisonnée dans ce corps si douloureux, vous n’apprendrez pas tellement plus d’elle. Mais le style de Claire Berest ajoute une touche colorée (rouge, bleu, jaune, noir) essentielle à cette biographie. Un style qui à mon sens ne trahit ni la femme ni l’artiste.

Alors que vous aimiez Frida comme moi à la folie, ou que vous ne la connaissiez pas, il faut absolument découvrir cette peintre étonnante qui a révolutionné la peinture moderne en peignant comme personne n’avait jamais peint avant. Épatant.

Vie de David Hockney – Catherine Cusset (180 pages)

Catherine Cusset est très forte pour écrire des histoires de vie. Inventés ou réels, ses personnages traversent le cours de l’histoire avec leurs joies, leurs peines, leurs amours, leurs inimitiés, leurs parcours.

Biographie romancée, le livre de Catherine Cusset nous retrace la vie d’une personne qui est toujours vivante, peintre célèbre, David Hockney. J’ai un peu honte parce que je prétends m’intéresser un peu à la peinture, et je ne me rappelais pas avoir jamais entendu parler de ce peintre qui a pourtant une carrière de 60 ans derrière lui!

David Hockney a défié toutes les époques et tous les genres : à une époque où plus personne ne faisait de figuratif, lui s’y est consacré, il a même redonné vie aux portraits et en particulier aux portraits de couple. Il est aussi célèbre pour ses montages photographiques, si vous avez 5 minutes supplémentaires, allez jeter un coup d’oeil à ses oeuvres sur internet, indescriptibles, mais fascinantes. Il a fait un travail considérable sur la couleur et la perspective.

David Hockney, c’est aussi l’homme qui a assumé son homosexualité à une époque où il était encore difficile de le faire, et qui a traversé la période épidémique du sida des années 80-90, sans l’attraper, et en voyant mourir un à un une bonne partie de ses amis dans les années 90.

C’est écrit sans concession mais avec une grande tendresse et beaucoup d’amour pour l’artiste. Instructif.