Galerie

Civilizations – Laurent Binet (378 pages)

Voilà un livre que je voulais lire depuis longtemps. J’avais été fascinée par « la septième fonction du langage » du même auteur. Civilizations est aussi exigeant que le précédent, peut-être même plus. Comme toujours, Laurent Binet mélange des faits réels de l’Histoire avec une fiction crédible mais totalement farfelue. Ici, il imagine que Christophe Colomb est mort comme un chien en voulant atteindre les Indes en passant par l’ouest (et donc démontrer la rondeur de la terre par la même occasion, désolée pour mes lecteurs platistes). Quarante ans plus tard, tout le monde a oublié la drôle d’idée de ce génois, et ce sont les Incas qui débarquent à Lisbonne, le lendemain du terrible tsunami qui détruit la ville. De là, ils vont peu à peu envahir l’Espagne de Charles Quint, puis son royaume entier. Le livre comporte trois parties : la première raconte le premier débarquement des vikings en Amérique, leur installation ; la deuxième, le débarquement et l’invasion Inca ; la troisième raconte le road trip du peintre El Greco en compagnie de Cervantès qui les mènera jusque chez Montaigne.
Un livre riche et foisonnant que j’ai par ailleurs trouvé un peu foutraque. Et puis il faut quand même bien connaître l’histoire des 16ème et 17ème siècles pour saisir toute la saveur humoristique du roman et pour l’apprécier pleinement. Les amateurs d’histoire se régaleront assurément. Pour ma part, j’ai parfois l’impression d’avoir loupé des nuances importantes, ce qui me laisse un arrière-goût d’inachevé. Je crois qu’il faut se laisser embarquer, sans chercher trop à démêler le vrai du faux.

Galerie

L’autre moitié du monde – Laurine Roux (252 pages)

Laurine Roux nous enchante avec son style pur et poétique. Lorsqu’elle écrit nous sommes un peu en apesanteur. Pourtant, cette fois, elle ancre son récit dans une tranche de l’histoire tragique et violente de l’Espagne, qui démarre dans les années trente, celles qui ont précédé la guerre civile espagnole. Rien de léger a priori.

Elle raconte la vie misérable des fermiers du delta de l’Ebre, avec des nobles et riches propriétaires particulièrement infâmes, le soulèvement de ces pauvres bougres et, ce n’est pas un scoop, leur anéantissement.

Elle mêle la poésie de son écriture à la noirceur des évènements avec la douceur qu’on lui connaît. Ce mélange a priori un peu étrange fonctionne plutôt bien malgré tout et on s’attache à ses personnages. Chez Laurine Roux, les gens sont forts et faibles à la fois, comme dans la vie, et c’est ce qui donne de la force à son récit.

Galerie

Indécence manifeste – David Lagercrantz (375 pages)

Pour plein de bonnes raisons, il y a une mode Turing ces dernières années. Non seulement ses travaux ont été cachés pendant longtemps car ils relevaient du secret défense britannique, mais comme il avait été condamné pour homosexualité (le terme consacré était « Indécence manifeste », condamnation qui aura également affligé Oscar Wilde), on l’a d’autant plus mis en retrait. Finalement, il aura fallu une absolution royale pour qu’on puisse enfin prendre la mesure de celui qui a changé le cours de l’histoire en « craquant » le fameux code Enigma allemand. Autour de ce personnage qui est difficile à cerner, ce qui lui a valu un grand nombre d’inimitiés (il avait un côté asocial, inadapté à la conformité de la vie, en particulier telle qu’on l’entendait à l’époque) et surtout autour de son suicide, David Lagercrantz brode l’histoire d’un policier qui cherche à comprendre qui était Turing et quel avait été son rôle pendant la guerre. Par ailleurs, l’auteur s’attache à raconter la persécution des homosexuels, qui, en pleine guerre froide étaient considérés comme peu fiables et susceptibles de livrer des secrets d’état aux Russes. L’amalgame s’est amplifié lors de la fuite de deux espions homosexuels, mais la suspicion planait depuis les années 30, où, déjà mal vus, les homosexuels s’étaient rapprochés des doctrines communistes qu’ils pensaient plus ouvertes à la différence. La sentence était la prison ou la prise d’œstrogènes (quelle horreur !). Si vous voulez vous faire une idée de qui était ce mathématicien qui est à l’origine de l’intelligence artificielle (concept très difficile à appréhender dans les années 50), et d’une certaine manière de la révolution des mathématiques en tant que science vous trouverez votre compte dans ce livre que j’ai personnellement dévoré.

Galerie

Un jour d’été au garde meuble de la couronne – Agnès Walch et Gatien Wierez (159 pages)

Ce livre est un documentaire qui éclaire un bâtiment qu’on connaît plutôt comme l’Hôtel de la Marine. Sur une journée d’été (parce qu’elles sont plus longues), on y évoque tous les aspects de la vie de l’époque (milieu et fin 18ème, donc les cinquante dernières années avant la révolution et un peu au-delà, pour expliquer notamment comme il a été difficile d’éviter des pillages, et raconter aussi la fameuse histoire du vol des bijoux de la couronne)  : métiers, objets, logistique, arts, histoire. Avec des papiers de couleur différentes pour représenter les différentes périodes de la journée, ce livre est un beau livre qui est un petit bijou original dans un format pratique et peu encombrant.

Galerie

Passage de témoin – Jean Palénas (377 pages)

En 1940, la France subissait une débâcle inattendue compte tenu de la propagande qui laissait sous-entendre qu’elle était la plus grande puissance militaire mondiale. En réalité, la France s’était endormie sur ses lauriers après la première guerre mondiale et n’avait ni innové, ni renouvelé, ni amélioré son armement. L’Allemagne, au contraire, humiliée, avait dû se démilitariser. Quand Hitler arrive au pouvoir en 1933, il passe les premières années à reconstituer son armée et son armement, avec du matériel dernier cri.

Jean Palénas nous propose ici une vision probablement très juste de ce que les gens ressentaient à cette époque. Aujourd’hui, il nous est facile d’être manichéen. Or, la réalité, c’est qu’il y avait peu de résistants et peu de collabos. Les gens étaient souvent plutôt opportunistes par rapport à ce à quoi ils devaient faire face : la faim, la tranquillité pour exercer sa profession (surtout lorsqu’on était agriculteur en zone libre !). Et Pétain, héros de la précédente guerre, semblait être une bonne alternative.

Puis la zone libre a été envahie à son tour et il a fallu faire face à une pression de plus en plus forte. Comment ne pas déplaire à l’ennemi tout en gardant sa dignité, comment continuer à subvenir aux besoins de sa famille ? Comment échapper au STO et survivre sans tickets de rationnement ? Les résistants n’étaient pas tout blancs et les exactions commises à partir de 1945, où la France a frôlé la guerre civile étaient plus souvent liées à des règlements de compte personnels par des personnes qui s’autopromouvaient justiciers.

Au travers du prisme de la jeunesse actuelle, il met en parallèle la question du patriotisme de l’époque et celui de nos jours. Après 80 ans de paix sur notre territoire, certaines questions ne s’abordent plus du tout de la même façon. Un autre regard sur cette période, plus nuancé que celui qu’on lui porte habituellement.

Galerie

La carte postale – Anne Berest (512 pages)

Il m’est difficile de chroniquer ce livre car les similitudes avec l’histoire de ma famille et, par conséquent, ma propre histoire, se télescopent de manière surprenante.

Si Annes Berest évoque à l’origine ses arrière-grands-parents, tandis que mon histoire commence avec celle de mes grands-parents maternels, la famille de l’arrière-grand-mère de Anne est de Lodz, comme mes grands-parents. Comme elle j’ai un nom de jeune fille bien français qui ne laisse rien soupçonner de mes origines. Comme elle, je porte un deuxième prénom lourd de sens, dont le poids m’a été transmis dès ma plus tendre enfance. Comme elle, mon grand-père a rejeté la religion pour être communiste. Comme Vincente le grand-père, mon grand-père a fait la bataille de Narvik. Comme Myriam la grand-mère, ma grand-mère a fini Alzheimer, et comme elle, elle a oublié le français pour ne plus parler que polonais (russe pour Myriam) à la fin de sa vie, jusqu’à ce qu’elle ait oublié la compétence de s’exprimer. J’arrête là, mais il y a encore beaucoup de rapprochements possibles.

Il m’est donc difficile d’avoir un point de vue objectif sur cet ouvrage qui m’a amené à m’interroger sur certains choix dans ma vie, et m’a apporté un certain nombre d’éclairages aussi.

Anne a décidé d’entreprendre des recherches sur une carte postale arrivée mystérieusement chez ses parents en 2003, portant les prénoms de la famille de Myriam, ses parents, son frère et sa sœur, tous les quatre morts en déportation en 1942. Elle s’est beaucoup appuyée sur les recherches de sa mère (incroyable travail de fourmi !) et a essayé de restituer l’histoire de cette famille qui a plané comme une ombre, car à l’instar de beaucoup de familles, tout le monde voulait oublier et Myriam comme tant d’autres, n’a jamais parlé de rien. J’ai préféré la deuxième partie, plus concrète, car ancrée dans la réalité et le présent, qui vient adoucir l’ensemble, avec des dialogues entre Anne et sa mère, sa fille, sa sœur, son amoureux. J’imagine à quel point, pour la fille réservée qu’elle est, tous ses messages d’amour ont été difficiles à exprimer.

Pour tous ceux qui douteraient de l’empressement de Pétain et de son administration à éradiquer les juifs de France, à l’époque, et les relents négationnistes de certains politiques aujourd’hui, ce livre est pour le moins un bon rappel. Anne Berest a effectué des recherches colossales sur des sujets assez mal connus, notamment sur le camp de Pithiviers, et sur le retour des survivants des camps au Lutetia.

Galerie

Courtet Tome 2 – Le cri de l’ogre – Bertrand Garnier-Laroche (555 pages)

Hamon, Baron de Courtet est un héros chevaleresque, le plus habile à l’épée, fort et résistant, et aux qualités humaines colossales.

A la fin du 17ème siècle, il devient le collaborateur précieux du commis du Roi. Mais quelqu’un veut attenter à sa vie, au point de vouloir aussi s’en prendre à sa famille. Cette saga enchantera les amoureux de romans historiques, bien écrit, avec des personnages très attachants. C’est parfois un peu cousu de fil blanc, avec ses héros invincibles, mais ce livre fait du bien, et on se réjouit que les gentils triomphent du mal.

Galerie

La lionne – Anne-Caroline Pandolfo, Terkel Risbjerg (195 pages)

Toujours dans le cadre du festival des Boréales qui approche à grands pas, l’illustrateur Terkel Risbjerg a collaboré avec Anne-Caroline Pandolfo sur plusieurs projets de romans graphiques. Ils se sont attaqués à des mythes comme Perceval, mais ont aussi adapté des romans (L’astragale, Serena…) ou des biographies. Ici, il s’agit de Karen Blixen, Danoise éprise d’aventure et de liberté. Cette femme hors du commun, née à la fin du 19ème siècle dans une famille où les femmes étaient d’un puritanisme absolu, mais dont le père a insufflé à cette petite fille rebelle son goût de l’aventure, des voyages et de l’écriture.

Vous avez peut-être entendu parler de « Out of Africa » le film un peu suranné avec la sublime Meryl Streep qui s’intéressait déjà à ce destin hors du commun, dont le titre est celui du récit que Karen Blixen elle-même a écrit au sujet de son expérience de plantation de café en Afrique (qui porte en français le terne titre de « La ferme africaine »).

Pour aborder toute la complexité de la personnalité de Karen Blixen, le sujet est ici traité avec un scénario empreint de poésie et de surnaturel. Vous adorerez rencontrer cette femme, fragile et forte à la fois.

Galerie

Le brûleur de Loups – Brigitte Allegre (166 pages)

Une histoire dans la grande Histoire. La guerre civile d’Espagne, puis la deuxième guerre
mondiale vues sous un angle à la fois lourd et léger. Inspiré par un évènement réel, la
coopérative de fabrication de confiseries, ce roman plein d’humanité, de joie et
d’enthousiasme est bien écrit, très documenté et l’aspect doux et joyeux qui s’en dégage
compense le côté tragique de cette période funeste.

Galerie

Les simples – Yannick Grannec (440 pages)

Parenthèse en préambule : Quand un livre de la rentrée littéraire est bon, il est toujours bon plusieurs années plus tard. J’avais repéré ce livre à sa sortie en 2019. Ainsi, ne me demandez aucun conseil pour démêler le grain de l’ivraie des 520 livres publiés cet automne. On en reparle dans quelques années.

J’aime particulièrement cette période de l’histoire entre le moyen âge et la renaissance où les hommes se sont peu à peu ouverts à l’étude des sciences pour laisser une place plus grande à ce que nous enseignait la nature. Sortir de l’obscurantisme religieux où des hommes se prenaient pour Dieu et imposaient à d’autres hommes leur pensée dictatoriale sous couvert de châtiment divin. Admettre que l’homme pouvait soigner ses semblables grâce à des pratiques et des plantes. Que Dieu seul n’y pourvoyait pas.

L’histoire fictive de ce couvent de femmes, dédiées à la charité grâce à un hôpital consacré aux indigents, et à la fabrication de produits concoctés par une doyenne au savoir pharmaceutique colossal est un pur chef d’œuvre. Et il a des résonnances actuelles très fortes. En effet, le peuple est prompt à ériger des bûchers pour brûler de prétendues sorcières. Sait-on vraiment ce qu’il y a dans les potions de sœur Clémence ? Ne serait-elle pas une sorcière qui tuerait des enfants pour prélever leur sang au lieu de les sauver ?

Les intrigues politiques, les complots, la soif de connaissance, la place de la femme dans la société, tout y est. Ce roman est foisonnant d’informations sur la société de la fin du 16ème siècle, sur les simples et certaines applications comestibles ou thérapeutiques (et une résonance personnelle sur ce professeur de botanique en pharmacie à l’université de Caen à qui je rends hommage, merci M. Rioult pour la passion que vous transmettez à vos élèves) et l’histoire du roman en tant que tel est particulièrement réussie, bien écrite et captivante.