No home – Yaa Gyasi (468 pages)

Je continue mon petit tour d’Afrique avec No Home, saga sur neuf générations.

Deux demi soeurs qui ne se rencontreront jamais auront chacune un destin qui impactera sa descendance. Yaa Gyasi explore de fond en comble la condition du peuple ghanéen, sans complaisance, sans larmoiement, sans condescendance. Elle évoque par exemple les tribus qui ont alimenté les bateaux négriers dans des guerres fratricides.

Elle revendique l’amour et la folie qui ont animé certains, la terreur et la soif de liberté qui ont mû les autres, c’est magnifique, magique, et comme une pierre noire faisant office de gri-gri, envoûtant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s