Les obus jouaient à pigeon vole – Raphael Jeruzalmy (176 pages)

Ce n’est pas un obus, c’est un ovni! Ce petit livre, émaillé de poèmes d’Apollinaire joue avec les mots. L’auteur s’en délecte autant que le poète, il s’amuse et se fait plaisir en nous emmenant dans sa ronde. La tranchée? Une horreur, mais le poète y ramasse de la matière pour en faire des vers.

Des mots piqués aux poilus. Un livre en compte à rebours, jusqu’à ce que le poète soit touché.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s