Hors champ – Sylvie Germain (196 pages)

« Je suis un personnage inconnu, inachevé, en évolution, ou plutôt en altération constante ». A l’instar du passe-muraille, de Marcel Aymé, de la métamorphose, de Kafka ou de Truismes, de Marie Darieussec, cette histoire est l’histoire d’une transformation. Cette fois, le héros, beau gosse qui a un appartement, un boulot, une copine amoureuse, une maman sympa et un frère handicapé se met peu à peu à disparaître.

De flou, il devient transparent, puis de transparent, invisible, à son grand désarroi. Les gens l’oublient peu à peu, ils ne se rappellent pas son existence, ni même qu’il a existé. Et que c’est triste, cette histoire de type qui se désagrège tout en continuant à se sentir, lui, bien vivant. A ressentir dans sa chair que plus personne ne voit, les coups et les meurtrissures. C’est triste comme toutes ces oeuvres où, de normal, on devient anormal, et que le regard de l’autre change. Sylvie Germain a eu le prix Goncourt des lycéens avec Magnus, et le prix Femina avec Jours de Colère. Il faut que je lise autre chose d’elle, car son style m’a emballé, mais l’histoire m’a déprimée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s