Requiem pour une république – Thomas Cantaloube (538 pages)

Troisième opus de la sélection Bloody Fleury, ce premier roman est pour moi une vraie réussite. Dans le contexte troublé de l’après-guerre et des guerres de décolonisation, en l’occurrence, ici, l’Algérie, Thomas Cantaloube nous emmène dans une histoire où les gentils ne sont pas vraiment gentils et les méchants pas si méchants que ça.

Un roman noir autour de trois personnages essentiel, Luc le flic, Antoine le truand, et Sirius le mercenaire. Une famille est assassinée. Les autorités orientent les enquêteurs vers un règlement de compte du FLN. Deux personnes, un flic et un truand, vont enquêter de leur côté pour découvrir la vérité.

Tout est articulé autour de la période qui a vu nos héros de la deuxième guerre mondiale s’acoquiner avec qui ils pouvaient pour avoir le pouvoir, des salauds qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu, la manipulation de l’information par les médias et le gouvernement au nom de la raison d’Etat. Brutal et sans complaisance.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s