Galerie

La Trilogie du Mal – Michel Montheillet / Maxime Chattam (156 pages)

Je découvre Maxime Chattam par les dessins de Michel Montheillet. Comment découvrir mieux un auteur que par des dessins aussi sublimes ? Car Michel Montheillet a ce don incroyable de faire passer toutes les émotions au travers des personnages. Ces dessins sont vivants et vibrants. 

Je sais de source sûre (dans la préface rédigée par Maxime Chattam, pour être précise) que le dessinateur est allé sur place pour prendre en photo les plans et les perspectives de la ville de Portland qui apparaît sous son apparence véritable, un incroyable travail. Les images de paysages et de la ville sont époustouflants.

Cela dit, visuellement, il s’agit également d’une BD qui met en scène les crimes d’un tueur en série particulièrement violent. Certains dessins ne conviennent donc pas aux âmes sensibles.

Les amateurs du genre en revanche seront servis, je conseille d’ailleurs à tous les fans de Maxime Chattam de passer par la case Michel Montheillet. Personnellement, j’ai eu du mal à lâcher les aventures du bel inspecteur Brolin.

Galerie

Nicolas Mathieu

Après des études d’histoire et de cinéma (dont il dit : « Je venais d’Epinal, on n’était pas bien conseillés, je me suis orienté par rapport à mes goûts, je n’ai pas visé des études qui m’apporteraient un travail rémunérateur), passionné par la sociologie, et au cœur des drames des fermetures successives des entreprises de sa région, il écrit d’abord un premier roman, Aux animaux, la guerre qui traite de ce sujet douloureux. Son deuxième roman, Leurs enfants après eux obtient le prix Goncourt en 2019. Il évoque également une région sinistrée et des ados plus ou moins paumés qui survivent dans une ambiance terne où l’avenir et les lendemains ne chantent pas beaucoup.

Nicolas me fait l’honneur de poursuivre ma rubrique, un auteur, trois livres, en nous confiant le lecteur qu’il est :

Quel est le livre qui a marqué votre enfance ou votre jeunesse ?

J’étais très fan de Sherlock Holmes quand j’étais petit. Donc le livre qui m’a peut-être le plus marqué, c’est un vieux recueil de nouvelles de Conan Doyle, je crois.

Quel est votre classique de chevet ?

Voyage au bout de la nuit. ça fait partie des livres que je relis. Et c’est resté pour moi un sommet, un livre qui a changé ma vie. Après la question est un peu traitre, parce que le livre de chevet, est-ce c’est celui qu’on aime le plus, ou celui qu’on pose sur sa table de nuit, pour l’avoir sous la main quand on se réveille au milieu de la nuit? Dans ce deuxième cas de figure, j’aime bien les correspondances, les chroniques et les journaux. Bernard Frank, Flaubert ou Matthieu Galley.

Quel est le livre que vous n’avez jamais terminé?

Il y en a beaucoup, mais celui sur lequel je me suis vainement acharné, c’est Au-dessous du volcan de Malcolm Lowry. Rien compris.

Bibliographie

  • Aux animaux la guerre
  • Leurs enfants après eux
Galerie

Le Club des cinq arrête le gluten – Enid Blyton – Bruno Vincent (127 pages)

Claude, François, Mick, Annie ont grandi et Dagobert a vieilli.  Cet opus parodique vous rappellera votre enfance, mais vous fera sentir comme le monde du club des cinq tel qu’on l’a connu a évolué. Du coup, entre les formules candides et enthousiastes qui caractérisent nos souvenirs, les dessins qui illustrent de manière décalée les phrases mises en exergue, et le décalage du thème abordé, vous rirez franchement. Un vrai bon moment de détente.