Les étoiles s’éteignent à l’aube – Richard Wagamese (285 pages)

Un jeune homme part avec son père alcoolique et à l’agonie dans la montagne pour qu’il l’y enterre. C’est l’occasion pour le fils de connaître enfin son histoire : qui était sa mère? pourquoi son père l’a fait élever par « le vieil homme »? Pourquoi son père s’est-il adonné à la boisson jusqu’à en mourir? Ce voyage va permettre au fils d’apporter des réponses à toutes ses questions, et au père de mieux appréhender qui est son fils.

Au début, franchement, je me suis dit : ouh la la, une histoire de « native americans », de cowboys et d’indiens, bof bof. Tout de suite, pourtant, on est saisi par la lueur qui se dégage du style, une lueur de crépuscule ou d’aube, c’est selon. Des dialogues de taiseux, une histoire d’hommes où toutes les femmes en filigrane pèsent sur l’atmosphère des non dits. Tout en délicatesse, Richard Wagamese nous fait entrer dans un univers douceâtre où le retour aux origines, les repères qui construisent une vie sont autant de jalons indispensables pour qu’un jeune homme devienne un homme, et qu’un homme perdu retrouve sa dignité en étant enterré comme un guerrier. Un très beau livre dont les personnages sont émouvants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s