Alabama Song – Gilles Leroy (214 pages)

Prix Goncourt 2007, Alabama Song est une petite fable savoureuse brodée autour de la vie de Zelda Sayre, qui épousa plutôt malheureusement Francis Scott Fitzgerald. Gilles Leroy nous prévient : ceci est un roman, tout ou presque est faux.

Il décrit ce grand écrivain comme un alcoolique à l’homosexualité refoulée et sa femme, fantasque et libre à une époque où les filles de juge, petites filles de sénateur ne pouvaient pas l’être.

La vérité est qu’ils ont tous les deux eu un destin tragique, morts trop tôt l’un et l’autre, lui d’une crise cardiaque à 40 ans, et elle dans l’incendie de l’hôpital où elle était internée à 47 et leur vie passionnée et passionnelle fut tour à tour un amour infini et un déchirement récurrent.

L’auteur nous entraîne néanmoins dans cette période un peu folle de l’entre deux guerres où le champagne coule à flot et les voitures frôlent les corniches de la Côte d’Azur comme on frôle la mort pour se donner des coups d’adrénaline. On a presque l’impression de lire une version un peu crue de Gatsby le magnifique qui, au fond raconte sensiblement une histoire similaire. Tourbillonnant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s