Galerie

Ossature – Nassim Kezoui (488 pages)

L’ossature, c’est le squelette. Ce qui tient les éléments de chair au corps. Dans ce livre, l’ossature, c’est la famille. Le livre démarre par un évènement : Salim, le frère d’Anwar est décédé, alors qu’il était le plus jeune des deux. De là, le narrateur va raconter l’histoire de sa famille essentiellement au travers de celle d’Amira, sa cousine.

Comment décrire ce livre ? Ça démarre par la famille plutôt dysfonctionnelle d’Anwar, le rejet par sa famille de sa femme Gwer (blanche, européenne) et on se dit : ouh là ! Sujet casse-gueule s’il en est. Et puis l’auteur surfe sur la carrière d’Amira, son adolescence, sa mère et sa famille en général qui craint que les filles soient des putes, mais où les filles ne sont pas voilées, des familles comme il y en a plein. Tout du long on est porté par ce filigrane de l’intégration, de la vie dans les cités, du transfert de culture et de condition, des frustrations et des non-dits. On est sur un fil en permanence, on a le vertige, on est mis en abîme, on est mis en danger, et on ne peut lâcher le bouquin, parce que l’histoire est forte, elle est dramatique, elle est furieusement actuelle et les personnages sont tellement profonds qu’on s’attache à leurs pas et à leur sort. La structure du livre est incroyable et le style résolument moderne. Un livre déroutant mais à lire, parce que vous n’avez jamais rien lu d’aussi original et fort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s