Galerie

La soustraction des possibles – Joseph Incardona (385 pages)

Il y a des livres comme celui-ci sur lesquels on a du mal à avoir un avis tranché. Est-ce que
j’ai bien aimé, ou est-ce que je n’ai pas aimé ? J’ai lu pourtant avec plaisir, les personnages
m’ont plu, l’histoire est bien construite. La première page est séduisante et donne envie de continuer. A la fin des années 80, tout début des années 90, Odile s’éprend d’Aldo, son prof de tennis, gigolo à ses heures pour arrondir ses fins de mois. Ancienne secrétaire d’un homme qui est devenu extrêmement riche en Suisse, elle s’ennuie dans sa prison dorée et retrouve avec cet homme de condition simple des sensations depuis longtemps oubliées.
Aldo, lui, ne l’aime pas. Dans le secret des banques suisses qui ont bien profité aux
oligarques russes au moment de l’effondrement de l’URSS, des millions de francs et de francs suisses sont brassés. Des organisations mafieuses trouvent là le moyen de blanchir leur argent, en participant à des affaires juteuses et totalement honnêtes. Mais l’argent fait-il le bonheur ? Peut-on vraiment s’élever lorsqu’on ne vient de nulle part ? Un livre sur les envies, les désirs, l’amour et l’argent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s