Galerie

Mauvaises herbes – Dima Abdallah (236 pages)

Liban années 80, la guerre, les bombardements. Une petite fille a bien compris que lorsque les bombardements s’intensifient, son papa, son géant, son idole vient la récupérer à l’école. Alors elle est contente quand elle entend les bombes se rapprocher, et elle ne comprend pas pourquoi les autres enfants pleurent.

Les deux premiers chapitres sont juste parfaits, ils allient la douceur et l’amour entre un père et sa fille, une admiration mêlée de peur. Comment se construit-on lorsqu’on est un enfant né dans un pays en guerre, comment protège-t-on ses enfants lorsqu’on est parent dans un pays en guerre, le tout avec beaucoup de pudeur, juste en parlant de leurs mains respectives.

Ce livre aurait dû s’arrêter là, ça aurait fait une nouvelle, et ça aurait été sublime. Pour ma part, la suite n’apporte rien de plus, le style (à la mode) de la répétition à outrance engendre des longueurs d’un ennui à périr, et on tourne rapidement en rond.

Dommage, le début était vraiment prometteur. Comme c’est un premier roman, on lui attribue ses lettres de maladresse et on se dit que le deuxième confirmera la beauté des deux premiers chapitres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s